Imprimer

Technicien d’Information Médicale, un métier d'avenir

Posted in Certificat d’Aptitude au Traitement de l’Information Médicale, bac+2

Dr François Houyengah, parrain des 2e année

François Houyengah est titulaire d’un Doctorat en Médecine et d’un master en Informatique. Il est Chef de Service du Département d’Information Médicale (DIM) du Centre Hospitalier de Dunkerque.

 

Dans tous les hôpitaux et cliniques, pour chaque patient pris en charge, il faut produire et coder de l’Information Médicale : diagnostics, actes diagnostiques et thérapeutiques, dépendance, traitements, prothèses, etc. Ce codage permet de calculer le tarif de chaque séjour. Il est donc crucial que cette Information Médicale soit bien codée et contrôlée. Elle est de plus utilisée pour toute la stratégie médicale et économique de l’établissement.

Les Techniciens d’Information Médicale (TIM) sont les personnes qui codent et contrôlent cette information, et qui l’exploitent pour répondre aux questions des médecins et des directeurs.

« D'après le Ministère de la Santé, 450 des 1150 postes de TIM sont vacants (40 %). Le nombre de postes vacants devrait doubler dans les 5 ans. »

Le métier de TIM exige de solides connaissances en médecine, en informatique, en règlementation, et en communication. Dans un rapport dédié au métier de TIM, le Ministère de la Santé recense 700 postes occupés, et on estime qu’il y a actuellement encore 450 postes ouverts mais vacants. Ces postes sont vacants faute de candidats formés. De plus, le passage à la T2A en moyen séjour puis en Psychiatrie laisse penser que ce nombre de poste vacants pourrait doubler dans les 5 ans qui viennent. Ce déséquilibre dans le marché du travail est lié à l’absence de candidats formés à ce métier.

La formation proposée par l’ISETIM est capable de répondre à cette demande de professionnels. Pour cette raison, l’ensemble des professionnels du secteur sont impatients de pouvoir embaucher les  futurs diplômés de l’ISETIM.